web analytics

L’Homme des transports est-il complètement Humain ?

Le sujet traité ici n’est pas publicitaire. Il m’a été inspiré par trois choses qui ont marquées ma journée.

Tout d’abord, sachez que j’habite à Paris mais que je n’y suis pas depuis très longtemps. J’aime à croire que j’ai encore un oeil extérieur à cette ville, et que les transports n’ont pas encore eu raison de moi.

A) Faible assistance à personne en Danger

9h, le métro s’apprête à redémarrer, les portes se ferment. Je regarde par la vitre, et ce que je vois sur le quai me glace. Une jeune fille d’à peu près de mon âge, en tenue du boulot, semble être partie totalement dans les vapes, par terre. Deux personnes essaient de la relever, ils la soulèvent comme une poupée désarticulée. On voit bien qu’ils ont du mal, et qu’ils ne savent pas quoi faire. Ils veulent mieux la poser, mais à deux, ça semble compliqué. Les gens autour d’eux comprennent la scène, mais personne ne s’arrête… Ils sont tous trop pressés… Ils ont probablement peur de perdre cinq précieuses minutes, et se sont globalement tous habitués à détourner le regard (les mendiants, les SDF, les fous ou ceux qu’on prend comme tels). Après tout, c’est la crise. On n’est pas à l’abri de se faire virer. Et puis chacun sa merde.

Le métro avance, et je me retrouve spectateur impuissant de cette triste scène.

B) La violence dans un Bus, en vidéo sur le Net

Je capte par hasard sur Twitter une vidéo difficile à supporter. Elle semble avoir être filmée en Décembre dernier par les caméras de surveillance de la RATP, sur une ligne de bus se rendant à Montparnasse. On y aperçoit au premier plan un jeune, debout. Derrière lui, des gens assis. Et notamment quatre autres jeunes, typés racailles… Assez rapidement, le jeune debout se fait bousculer. On voit nettement qu’il se fait piquer son portefeuille. Il essaie de le récupérer, et là, tout part en vrille. Les quatre se jettent sur lui et s’acharnent. Ils le passent littéralement à tabac. Se présentent alors deux types de comportements chez les autres voyageurs. Ceux qui essaient d’intervenir, mais pas trop vite non plus… Mais surtout ceux qui font bien en sorte de ne pas trop se faire voir, et qui descendent au premier arrêt pour vite échapper à ce qu’ils ont vu. La vidéo finit en apothéose, avec l’agressé qui se fait finir par ses agresseurs, et les gens du fond qui viennent engueuler le chauffeur parce qu’il n’a rien fait. Et eux ?

Pour ceux qui ont le courage (sans voyeurisme mal placé), la vidéo est là.

C) L’Homme du métro a peur avant tout.

Dernier élément plus soft. Je reviens par la même ligne que ce matin. Trois filles d’une trentaine d’année rentrent. Elles ont des électrodes (des vraies) sur la tête et dans le cou, mais sont sinon habillées totalement normalement. Soudainement, tout le monde les observe et les électrodes semblent faire leur petit effet. Un rapide coup d’œil permet d’ailleurs de déceler de la crainte dans certains regards. Ces filles sont « bizarres ». Et nous, nous sommes dans un espace clos, on est à côté d’elles. Pourquoi ces électrodes ? Encore des dingues ? Laissez-nous dans notre bulle, celle où on marche sur les pieds des gens sans s’excuser, celle où on ne regarde jamais personne dans les yeux… Celle où on court très vite pour attraper le métro alors qu’il passe toutes les 2 minutes, et où on fait semblant de ne pas avoir vu cette vieille Dame ou cette femme enceinte qui aimeraient avoir notre siège (oui mais bon, on est fatigué, on a fait la fête hier soir)…

Entendons-nous bien. Je n’aspire pas à faire de chaque personne un Saint ou un Héros. J’aimerais juste que chacun lève un peu ses œillères, car sinon, la vie s’annonce bien triste et assez mal barrée.

by Le Publigeekaire // Société

8 Réponses à L’Homme des transports est-il complètement Humain ?

  1. Didier

    « Celle où on court très vite pour attraper le métro alors qu’il passe toutes les 2 minutes » je me suis fait EXACTEMENT la même réflexion ce matin… « mais pourquoi courent-ils ? »

  2. alex

    Des impressions, remarques et points de vue sensibles et humains sur ce qui nous entoure quotidiennement et qu’on ne voit plus à force de ne voir que soi.

  3. mireille

    Je ne suis pas certaine que ce triste constat ne soit uniquement réservé au transport…. Rien qu’à voir la dérive raciste qui déferle sur le web suite à la publication de cette vidéo. j’ai bien peur que ce type de comportement ne soit que juste humain. Mais il existe bien des exceptions !

  4. baG / Axel

    Hello ;)

    Article plutôt juste. Je pense que justement c’est ce type d’agression (la vidéo du jeune homme) qui rend les gens complètement flippés, du coup tout ce qui est « pas normal » devient un potentiel problème.
    A mis avis c’est justement parce que c’est un contexte de crise, les gens ont déjà pas mal de problèmes à côté et veulent à tout prix éviter de se mêler aux problèmes des autres. Sur une agression c’est franchement pas évident, bien sûr qu’il faut faire quelque chose, mais j’imagine que de l’autre côté le bon sens dit « écoute, t’as tes soucis, ce mec a pas de chances mais toi tu vas rentrer chez toi tranquille et basta car si tu interviens tu va terminer la tête en sang pour un truc qui te concerne pas » … :/

  5. baG / Axel

    Mais je dois avouer qu’avoir regardé cette vidéo m’a foutu dans un sale état. J’en trempe tellement j’ai honte de voir ce genre de choses. Là sur le coup je suis dans un état d’esprit genre « putain mais je me serai levé… » sauf que sur le moment je sais pas…rah.

  6. baG / Axel

    Il fallait lire « tremble » et pas trempe, mdr

  7. Le Publigeekaire

    @ bag/Axel – Oui je me disais aussi :). Sinon je crois que cette vidéo ne laisse personne indifférent. Et je suis d’accord avec toi sur le fait qu’elle peut participer à une certaine paranoïa, car même moi qui suis plutôt zen, j’ai eu des petites poussées de « Tiens, ces mecs là bas sont bizarres » ou « Mon portefeuille est toujours là ? » en rentrant le soir…

  8. ju

    De mémoire d’autochtone, ça a toujours été comme ça: dans le métro parisien les gens font la gueule. Mille raisons, pas envie d’être là, anonymat froid de la capitales, soucis en paquets… mon expérience inverse: je suis parti en province pour mes études et j’ai découvert avec stupeur des gens souriants dans les transports … Chaque fois que je rentrais à Paris pour un week-end ou plus, j’arborais un fier sourire face aux cafards du métro … et puis je suis revenu vivre ici, et mon sourire s’est effacé… C’est comme ça, dans le métro à Paris les gens font la gueule, sont stressés mais dites simplement bonjour et leur regard s’éclaire :)

Ajouter un commentaire